Un peu d'Histoire...

Les Egyptiens faisaient du vin 3000 ans avant Jésus Christ. Ils transmirent leur savoir aux Grecs, qui codifièrent la bonne manière de tailler la vigne. En effet, laissée à l'état naturel, c'est une liane capable de ramper sur des dizaines de mètres.


Les Romains perfectionnèrent la fabrication du vin proprement dite. Leur principal souci en Gaule était de produire beaucoup de façon à exporter vers l'Italie, la Grande-Bretagne ou le Rhin. Ils ont donc planté leur vignoble près des voies navigables. Avec eux, la vigne s'implante progressivement le long de la vallée de la Garonne, en Bourgogne, dans la vallée de la Loire, puis en Champagne et en Alsace.


Vers 270, le vignoble est à son apogée.


Le déclin de Rome et les invasions barbares font retomber la vigne dans l'oubli jusqu'à ce que les moines de l'an Mil la relancent et fondent la renommée des vins du Languedoc Roussillon, de Bourgogne et d'Alsace.


Deux siècles plus tard, Bordeaux fait sa percée. En effet, en 1153, le mariage d'Aliénor, duchesse d'Aquitaine, et d'Henri Plantagenêt, roi d'Angleterre, sera à l'origine de la renomée des vins de la région bordelaise. Les Anglais, très amateurs des vins produits sur les coteaux, facilitent ainsi l'exportation par voie fluviale et maritime d'une grande partie de la production, ce qui contribue à l'enrichissement des bourgs viticoles. D'autre part, au XVIIIeme siècle, le chevalier de Lamothe-Cadillac, grand amateur de vin, est envoyé en Louisiane comme gouverneur. Il y apporte son nectar préféré...


A partir de 1863, un insecte venu d'Amérique infeste les vignes : c'est le phylloxéra. La maladie contraint les vignerons à tout arracher, sauf les vignes plantées dans le sable qui fait fuir l'insecte. Un remède est trouvé : il faut greffer la vigne sur des ceps américains, dont l'écorce épaisse résiste à la piqûre de l'insecte. Toutes les parcelles ne sont cependant pas replantées, ce qui contribue, tout comme, plus récemment, les grandes gelées de l'hiver 1956, à une refonte du vignoble, en particulier dans le Bordelais, en Provence et dans la vallée du Rhône.


Heureusement, la prospérité est toutefois revenue, timidement à partir des années 1960, puis de façon plus éclatante dans les années 1980, notamment grâce à une remarquable amélioration de la qualité et à l'intérêt porté, dans le monde entier, aux grands vins. Générale dans les années 1980-2000, la prospérité cède la place à une situation plus contrastée avec le changement de millénaire : si l'émergence des vins du Nouveau Monde accroît la concurrence, l'apparition de nouveaux marchés, notamment en Chine, ouvre d'intéressantes perspectives...


 


Sources : le Guide Hachette des vins 2014. CIVB.

Rédigé le  10 sep. 2014 22:56 dans Initiation  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site
 
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
La consommation de boissons pendant la grossesse, même en faible quantité, peut avoir des conséquences graves sur la santé de l'enfant.
Vendre ou offrir à des mineurs de moins de dix-huit ans des boissons alcoolisées est interdit.